24 juillet 2018

"La Croisée des Chemins" - Retour en images

Pour tout ceux qui suivent la belle aventure de la Croisée des Chemins à Grigny comme pour ceux qui souhaitent la découvrir, voici un premier retour en images sur les actions, les oeuvres, les artistes qui ont été accueillis dans le cadre du projet.



Avec les artistes : Aleteïa, Compagnie Générik Vapeur, Groupe Zur, Catherine Jourdan, Pierre Cahurel, Guillaume Carreau, Compagnie Afuma, Myriam Maxo, Shaka, Vince, Redone, Monsieur Bien, Benjamin Laading, Hervé di Rosa, Olivier Costa, Collectif Bonheur Interieur Brut, Compagnie DUT, Olivier Ouadah, Vincent Pfrunner, Block out Music...

Et le concours des habitants, des associations, des écoles, des bailleurs, des services de la ville de Grigny, des entreprises présentes sur la ville, de l'agglomération, des institutions avec qui nous inventons chaque jour ce parcours.

Et puisque nous sommes jamais assez nombreux venez nous rencontrez le 8 septembre prochain au Forum des associations de Grigny à la Ferme Neuve.

A très vite!

11 juin 2018

Inauguration d'un plateau d'évolution de street workout !

Le Samedi 30 juin à 13H 

Inauguration d'un nouveau spot de Street WorkOut à La Grande Borne où vous allez pouvoir découvrir l'oeuvre au sol réalisée par l'artiste ALETEIA associée à La Croisée des Chemins pour ce nouveau plateau d'évolution en Ile-de-France.

#ArtetSport

"PERSEVERER" ! 





Pour vous mettre l'eau à la bouche .... une partie du croquis d'ALETEIA







>>> PULL AND PUSH organise pour l'occasion une journée de démonstrations !
à ne manquer sous aucun prétexte ⚡⚡


Adresse : Rue de l'Autruche à La Grande Borne, 91350 Grigny 













10 juin 2018

retour en Images : inauguration Fresque d'Hervé Di Rosa / façade de l'école de Cuisine Mode d'Emploi(s) de Thierry Marx















Alexandre Ribeyrolles, directeur artistique de La Constellation, Chef Thierry Marx, Hervé Di Rosa, M.le Maire de Grigny Philippe Rio et Mme Aurélie Gros, élue à la culture du Conseil départemental de l'Essonne 

 Le Parisien Essonne, 9 juin 2018

GRIGNY MAG , JUIN 2018

06 juin 2018

Fresque d'Hervé Di Rosa sur les façades de l'école Cuisine Mode d'Emploi(s) du Chef étoilé Thierry Marx

Un rendez-vous à ne pas manquer ! 

> le samedi 9 juin à 16h 
Inauguration de l'oeuvre d'Hervé Di Rosa 
en présence d'Hervé Di Rosa et le chef étoilé Thierry Marx  

Adresse : Cuisine Mode d'Emploi(s)
4 place Henri Barbusse  91350 Grigny 

Nous vous y attendons nombreux ! 

#ArtetCuisine 




Quelques photos de la fresque en cours 




Olivier Costa , Momo Hajaoui ; fresquistes
et Déborah en formation à Cuisine Mode d'Emploi(s)
 
Hervé Di Rosa, artiste peintre

Entre 1979 il commence à vendre ses peintures. A tout juste vingt ans, il est exposé à Paris, Amsterdam et New York. En 1981, Hervé Di Rosa cofonde le mouvement de la Figuration libre, ainsi dénommé par l’artiste Ben.
Progressivement, il diversifie ses approches artistiques au contact d’artisans dans un tour du monde qui le mènera en Tunisie, en Bulgarie, au Ghana, au Bénin, en Ethiopie, au Vietnam, en Afrique du Sud, en Corse, à Cuba, au Mexique, aux Etats-Unis, au Cameroun, en Israël. Sans revendiquer un style particulier, mais en développant un univers narratif bien à lui, peuplé de personnages récurrents, il a pratiqué toutes les techniques de création: peinture, sculpture, bande-dessinée, tapisserie, estampe, fresque, laque, argent repoussé, céramique, dessin animé, images numériques, entre autres. Il est également l’auteur ou le sujet d’environ 150 livres d’art et publications entre 1978 et 2014.
Concepteur de l’Art modeste, il fonde en l’an 2000, à Sète, le Musée international des arts modestes (MIAM), où il expose de nombreux artistes venus du monde entier et crée des expositions qui questionnent les frontières de l’art contemporain.
Depuis 1981, son œuvre a fait l’objet de plus de 200 expositions personnelles et est présente dans d’importantes collections publiques et privées en Europe, en Amérique et en Asie. Il vit et travaille actuellement à Lisbonne, Portugal.
« Je n’invente pas l'art modeste, je l'ai trouvé, je le fais vivre et je le fais dialoguer avec l'art contemporain. Le centre de cette aventure, c'est l’art contemporain. Parce qu'en face, il y avait le Centre régional d'art contemporain, de grande importance, on a longtemps cru que le Miam était un lieu anti-art contemporain. Pas du tout. Au contraire, j'ai fondé le Miam pour tendre un pont d'une rive à l'autre, aller vers le néophyte qui peut être attrapé par l'alibi des images du quotidien qu'il connaît bien et qui l'amènent vers des œuvres plus complexes. Certains vont vouloir approfondir et aller voir de l'autre côté.»









Dossier de presse ici